Les lignes qui vont suivre
sont le fruit de voyages immobiles.

Elles sont gorgées de poésie,
de bonheurs comme d’angoisses,
de sourires comme de larmes...

De matins qui chavirent et de nuits qui pétillent,
elles relatent sans honte,
la faiblesse comme la force,
l’amour comme la haine,
l’erreur comme le pardon.

Elles se révoltent avant tout contre elles mêmes.
Contre le temps qu’elles mettent à vivre au grand jour,

sans peur et figées de peurs, simples et si complexes,
généreuses dans l’égoisme de leurs solitudes partagées,

quasi banales pour... tant.

Différentes, singulières, paillardes ou intimes,
elles peuvent être lauriers, épine-déchirrure,

Douces comme la soie, la rose, l’eau, l’amante...
Amères comme une larme, un manque ou un adieu,

Cruelles comme l’énigme restée sans solution,
Tendres comme un bébé, lisses comme un baiser,

Je les voudrai caresses à vos yeux épidermes...

Lignes de vie... Musiques



Vous écoutez "le piano désossé"



extrait du CD "Passons Outre..."